Selle et filet : comment entretenir ses cuirs?

Selle et filet : comment entretenir ses cuirs?

Un vendeur vous a conseillé de graisser vos cuirs chaque semaine pour apporter souplesse à votre selle trop dure. Je ne vais pas y aller par quatre chemins: c’est INUTILE. Ce n’est certainement pas la graisse ajoutée qui rendra votre cuir plus souple. Un cuir de mauvaise qualité ne deviendra jamais aussi confortable qu’un cuir doublé veau…

Mais alors pourquoi entretenir ses affaires? Parce que le cuir est une matière vivante et il convient de l’entretenir régulièrement pour que le matériel dure dans le temps et ne casse pas. Une selle bien entretenue peut durer plus qu’une vie humaine!

En m’appuyant sur les conseils d’un artisan-sellier, je vous explique dans cet article comment entretenir vos selles et filets en cuir.

 

Sommaire:

Les différents types de cuir

Quels produits utiliser? A quelle fréquence?

Le protocole pour un cuir de haute qualité (exemple avec une selle Prestige)

Le protocole pour un cuir de basse/moyenne qualité (exemple avec un filet Fouganza)

 

Les différents types de cuir

En équitation, les selliers utilisent plusieurs types de cuir selon l’utilisation, le coût, le confort et l’esthétique. Au-delà du type de cuir utilisé, il faut surtout voir la qualité du cuir. Un cuir de buffle pourra être de qualité médiocre comme de qualité supérieure!

Pour juger du sérieux des selliers et des qualités de cuir, rien ne vaut un essai. Par ailleurs, le prix doit vous alerter. Une selle neuve de qualité a un prix d’entrée de 2000€. Un bon filet se situe à au moins 150€. C’est un gros investissement pas utile lorsqu’on monte en club ou un cheval en pension. Pour un propriétaire, mieux vaut investir dans du durable.

 

Le cuir de buffle

Facile d’entretien, le cuir de buffle est plutôt grossier mais très résistant. C’est le cuir le moins noble, réputé moins confortable. Attention, tout dépend de la qualité du cuir de buffle utilisé.

 

Le cuir de vache ou de vachette

Résistant, le cuir de vache est très utilisé. Il est facile d’entretien et tient bien dans le temps. Niveau confort, on est à peu près comme le buffle mais moins bien que le veau.

 

Le cuir de veau

Très confortable mais aussi plus fragile, le cuir de veau est le plus luxueux des cuirs présentés ici. Question entretien, il faut en faire ni trop ni trop peu au risque d’abîmer le matériel. Un équilibre délicat à trouver mais que du bonheur pour les années à venir! Je possède une selle doublée veau, c’est un fauteuil.

 

Pour les curieux, je vous invite à consulter ce lien pour en apprendre plus sur le travail du cuir.

 

Quels produits utiliser? A quelle fréquence?

Il existe une très large choix de produits pour l’entretien du matériel équestre. Pour la fréquence, tout dépend de l’utilisation et des conditions climatiques. Une selle qui prend tous les jours la pluie aura besoin de plus d’entretien. Passons en revue les différents produits et ne gardons que les indispensables.

 

Le dégraissant

Peut-être ne connaissez-vous pas ce produit, pourtant fort utile. Le dégraissant sert à nettoyer en profondeur le cuir. Il ne protège pas du tout par contre, il nettoie juste. Le mien est en « pshit », facile à appliquer, ne fait aucune trace. Il est très utile mais pas indispensable si vous nettoyez régulièrement vos cuirs avec le savon glycériné. Pour ma part, je ne suis pas hyper assidue… donc un nettoyage en profondeur s’impose chaque mois (enfin… quand j’y pense)!

J’utilise le Belvoir, en photo ci-dessous. Il coûte 11.90€ chez Kramer.

                                                           Belvoir Tack Cleaner

 

Le savon glycériné

Indispensable, le savon glycériné est un nettoyant de surface. Il laisse une légère couche de gras, la glycérine, et suffit la plupart du temps à l’entretien mensuel de votre matériel. Inutile de mettre trop d’eau, le savon ne doit pas mousser lors de l’application. On l’applique avec une simple éponge et un peu d’eau sur toutes les parties de la selle ou du filet.

Il en existe différentes formes: en liquide, en bloc, en baume, lingettes… Prenez le produit qui vous convient le mieux! Moi je prends le Stübben. Il coûte 6.75€ pour 250g chez Cavalcade.

C’est le produit à avoir absolument. Il sert autant pour le filet, la selle, les sangles en cuir ou les chaussures. Surtout, le savon glycériné est une étape indispensable avant de graisser ou huiler son cuir. On travaille toujours sur du propre!

 

                                                                                Savon glycériné Stübben

Vous pouvez nettoyer vos cuirs après chaque utilisation si vous avez le temps et le courage! Un nettoyage hebdomadaire peut suffire. Pour les têtes en l’air comme moi, nettoyez au moins vos cuirs après une grosse averse ou après une utilisation intense (grosse séance avec beaucoup de sueur, après la plage…). Attendez que le cuir ait bien séché naturellement (pas de sèche cheveux ou de chauffage) avant de nettoyer au savon glycériné.

 

Le lait

C’est le moins gras et le moins protecteur. Avec un cuir de qualité, il sera parfaitement suffisant une veille de concours pour faire briller vos affaires sans alourdir le cuir, ni tâcher votre pantalon. On peut l’appliquer sur toutes les parties.

J’utilise le Fouganza de Décathlon de manière occasionnelle. Il coûte 7€ pour 500ml.

                                                                           Lait Fouganza

 

Le baume

Plus nourrissant que le lait mais moins que la graisse, il permet d’imperméabiliser le cuir en plus de le nourrir. Attention à ne pas en abuser au risque de ramollir le cuir, surtout avec un cuir de bonne qualité! Pour un cuir moyenne gamme, utilisez le baume à la place du lait. On peut l’appliquer partout.

J’utilise le baume Hippo-tonic, acheté chez Padd. A ne pas utiliser plus d’une fois par mois.

                                                                            Baume Hippo-tonic

 

La graisse

Très riche, la graisse nourrit en profondeur. A utiliser avec parcimonie ou avec un cuir de moyenne/basse qualité, neuf et rigide. La graisse imperméabilise également le cuir. Ne pas appliquer sur du daim, du nubuck, du doublé veau.

Je n’en utilise jamais pour ma part, de peur que mes cuirs deviennent tout mou…

 

L’huile

Parfois conseillée pour les produits neufs ou pour remettre en état un vieux cuir, l’huile nourrit et imperméabilise parfaitement MAIS a le défaut d’empêcher totalement le cuir de respirer.

Privilégiez une huile d’origine animale (comme l’huile de pied de bœuf) et appliquez toujours au pinceau. Renouvelez le badigeonnage autant que nécessaire et retirez l’excédent que le cuir n’a pas bu, en attendant au moins 6 heures entre chaque application d’huile.

Je n’en utilise pas pour ma part, même avec des cuirs neufs.

 

                                                           Huile de pied de boeuf Sapo

 

Les indispensables

Les produits vraiment indispensables pour moi sont: le savon glycériné et le baume (qu’on utilisera plus rarement).

 

Le protocole pour un cuir de haute qualité

J’ai la chance de posséder une selle Prestige, doublée veau, de grande qualité. J’ai beaucoup économisé pour l’avoir mais ça valait la peine! Un vrai fauteuil… que je compte bien conserver de nombreuses années! En termes d’utilisation, je monte environ 4 fois par semaine. Voici mon protocole que je suis plus ou moins à la lettre vu que je suis assez tête en l’air.

Je précise que ma selle est constamment sous une housse de protection qui laisse le cuir respirer mais protège de la poussière de l’écurie.

 

Le nettoyage

Au savon glycériné 90% du temps. Il m’arrive d’utiliser le dégraissant sur les parties en contact du tapis quand le cuir est vraiment sale ou que je n’ai pas nettoyé régulièrement.

Normalement je devrais le faire après chaque utilisation. Dans les faits, je m’y oblige une fois par mois au strict minimum. En général, je le fais une fois par semaine.

 

Le graissage

Alors je vais peut être en choquer certains mais je ne graisse JAMAIS ma selle. Un cuir de cette qualité n’a pas besoin de graisse. Je mets du baume très occasionnellement (2 à 3 fois par an). Si je veux lui donner un joli aspect, en concours par exemple, j’utilise du lait. Il est moins nutritif et donne un aspect brillant.

 

Le protocole pour un cuir de moyenne/basse qualité

Le matériel haut de gamme, c’est très bien mais pas indispensable et surtout pas accessible à toutes les bourses! Je possède depuis 13 ans un filet Fouganza de chez Décathlon et il est en parfait état. Un cuir de moins bonne qualité peut donc parfaitement durer des années si bien entretenu.

 

Le nettoyage

Pareil que pour la selle, j’utilise le savon glycériné une fois par semaine environ. Si Lady a particulièrement transpiré, je le nettoie rapidement au savon aussi. Quand je zappe le nettoyage quelques semaines (Bouh pas bien!), j’utilise le dégraissant qui est plus puissant.

Pour avoir accès à chaque recoin, je démonte entièrement mon filet à chaque nettoyage. Une petite brosse à dents peut aider pour les accès difficiles.

 

Le graissage

Je nourris mon filet avec du baume, une à 2 fois par mois. Si besoin d’un coup de brillance (concours par exemple), j’utilise le lait.

 

Pas besoin de plus! Mes affaires sont en parfait état avec ces protocoles simples, économiques et peu contraignants. Et vous, comment entretenez-vous vos cuirs?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Fermer le menu