Mort aux tiques!

Mort aux tiques!

Cavaliers ou promeneurs, vous connaissez surement ces horribles bestioles: les tiques! Elles nous pourrissent le printemps et l’été, voire toute l’année pour les régions les plus touchées. Mais ce n’est pas tant leurs morsures qu’il faut craindre mais bien les maladies qu’elles véhiculent tant aux animaux qu’aux humains.

 

Qu’est-ce qu’une tique?

Les tiques sont des acariens. A l’état de larves, elles sont au sol puis une fois adultes recherchent un hôte pour s’ancrer dans sa peau et se nourrir de son sang. Elles insèrent profondément leur tête dans leur victime grâce à leur rostre (partie pointue de leur tête). Il est alors difficile voire impossible pour les animaux de les retirer. 

Une tique peut se nourrir en continu pendant plusieurs jours sur un même hôte. Elle tombera et mourra d’elle même après accouplement et ponte de ses nombreux oeufs au sol.

Les tiques apprécient particulièrement les environnements tempérés (idéalement entre 7°C et 25°C), verdoyants et humides. Vous en trouverez surtout en forêt ou dans les hautes herbes.

 

Transmission de maladies aux chevaux… et aux humains!

Les tiques sont vecteurs de maladies plus ou moins graves. Pour les chevaux, les plus courantes sont la maladie de Lyme, la piroplasmose et l’erlichiose. Elles sont détectables par un test sanguin Pirolike, réalisable par votre vétérinaire.

Ces maladies peuvent présenter de multiples symptômes, très variables d’un cheval à l’autre ce qui fait qu’elles ne sont pas toujours rapidement détectées. Parmi les symptômes les plus courants on notera: fièvre, léthargie, anorexie, amaigrissement chronique, raideur, boiterie, arthrite, fourbure, uvéite ou encore avortement. Des signes neurologiques sont aussi possible. Certains équidés ne développent aucun symptôme, ce qui rend la maladie indécelable.

Le traitement est long, nécessite l’intervention d’un vétérinaire et un temps de repos pour l’équidé. 

 

Comment lutter?

Le mieux reste la prévention. Il faut éviter la morsure autant que possible, tout en sachant que certaines régions sont plus touchées que d’autres. Pour se faire, vous pouvez appliquer des produits chimiques ou naturels directement sur votre cheval. D’autres optent pour des remèdes naturels. A vous de voir et d’essayer ce qui marche le mieux pour votre cheval.

 

Produits chimiques

Pour moi, c’est la solution la plus radicale. J’utilise le Butox pour ma part. C’est mon vétérinaire qui me l’a conseillé et en deux ans, j’ai eu très peu de tiques à retirer alors que d’autres chevaux du même pré étaient envahis.

Le Butox ou la Versatrine sont les produits les plus recommandés, autant pour les chevaux que pour les bovins. Très efficaces mais uniquement sous ordonnance et un peu cher, cependant le bidon dure longtemps. On peut les acheter auprès d’un vétérinaire ou en pharmacie. Ces produits sont efficaces 4 à 6 semaines mais sont à renouveler en cas de pluie ou de douche. Ils repoussent et tuent les tiques, les mouches et les mouches plates notamment.

 

Application: Le soir de préférence (pour éviter le soleil, il y a un risque de photosensibilisation), suivre la ligne du dos. 

Attention aux réactions car ces produits sont forts. Testez d’abord sur une petite zone pour voir si votre cheval tolère le produit. 

 

Produits naturels

Avant de sortir l’artillerie lourde et d’acheter des produits onéreux, vous pouvez tester les recettes de grands mères avec des produits naturels que vous trouverez facilement en grande surface. Selon la région et la sensibilité de votre cheval, cela peut suffire.

 

Vinaigre

Le vinaigre de cidre de pommes est préconisé, l’odeur repousse les tiques et les insectes en général. c’est un produit très bon marché et simple à tester si votre cheval est bien désensibilisé au spray. Dans le cas contraire, vous pouvez l’appliquer à l’aide d’une éponge sur l’encolure, le poitrail, la ligne du dos, sous le ventre et entre les cuisses.

Diluez 2/3 de vinaigre de cidre de pommes pour 1/3 d’eau.

Petite astuce: trempez la queue de votre cheval dans le vinaigre régulièrement. En secouant la queue pour chasser les mouches, il se remettra du produit tout seul!

 

Huiles essentielles

Les huiles essentielles peuvent s’avérer très efficaces mais attention avec leur utilisation. Ne les utilisez jamais pures et seulement quelques gouttes.

Les huiles essentielles de lavande et de tea tree sont conseillées contre les tiques. Vous pouvez diluer quelques gouttes dans du vinaigre (voir mélange ci-dessus, bien secouer avant application) ou avec de l’huile d’amande douce.

 

Huile de neem

L’huile de neem est utilisée contre les tiques, les poux, les mouches… On peut l’appliquer partout avec un spray ou une éponge. L’application peut se faire 1 fois par semaine s’il ne pleut pas. Par contre, l’odeur est très forte et tenace!

Diluez 50 ml d’huile de neem dans 1 litre d’eau tempérée

 

Cure d’ail

On peut aussi opter pour l’ail en poudre à ajouter dans la ration. L’ail passe dans le sang du cheval et lorsqu’il transpire, l’odeur dégagée repousse les insectes. Les effets sont plus ou moins visibles. Notez également que tous les chevaux n’acceptent pas de manger de l’ail.

Donner maximum 30 g d’ail en poudre par jour pour un cheval de 500 kg sur une période d’un mois.

 

Retirer une tique

Si la tique est déjà là malgré tous vos efforts pas de panique! Toutes les tiques ne sont pas porteuses de maladies. Il faut par contre retirer la tique avec précaution pour éviter que la tête ne reste sous la peau.

 

Voici une méthode simple et efficace pour retirer la tique. Si vous avez bien suivi mes conseils pour avoir une bonne trousse à pharmacie, vous aurez un tire-tiques en permanence à disposition. C’est le meilleur outil pour retirer les tiques rapidement et en toute sécurité.

Prenez votre tire-tiques, glissez les fourches au plus près de la tête de la tique (qui est donc dans la peau), tournez dans le sens anti-horaire. La tique va tomber sans forcer ni tirer. Tuez la immédiatement pour éviter qu’elle ne revienne mordre votre cheval ou vous-même.

Si la tête de la tique est malgré tout sectionnée et reste sous la peau, désinfectez et surveillez que la zone ne s’infecte pas. Aucun risque que le corps de la tique repousse… Les idées reçues sont tenaces mais une fois la tête arrachée de son corps, la tique est belle et bien morte!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Fermer le menu